Le Monde: Les limites de la démocratie mauritanienne

الأحد 30-06-2019| 12:30

L’élection, samedi 22 juin, de Mohamed Ould Ghazouani à la présidence de la République islamique de Mauritanie, au premier tour, avec 52 % des voix, fera date. Pour la première fois depuis l’indépendance de cette ancienne colonie française, deux présidents élus vont se transmettre le pouvoir à l’issue d’un scrutin pluraliste et dès que la Cour constitutionnelle aura validé les résultats du dépouillement. L’opposition, qui refuse ce résultat, a annoncé son intention de déposer des recours, mais personne n’imagine les juges constitutionnels braver le pouvoir en place en annulant le vote ou en modifiant un résultat qui contraindrait l’ancien général à un second tour. Le soir du vote, le vainqueur n’avait pas attendu les chiffres de la commission électorale avant d’autoproclamer sa victoire. On touche ici aux limites de l’exercice démocratique en Mauritanie où, sans préjuger du bien-fondé des accusations de fraude des cinq candidats battus, le résultat du vote semblait couru d’avance.

Lire la suite

عودة للصفحة الرئيسية