رئيس الجمهورية القادم



موريتانيا: رئاسيات سابقة لأوانها؟



موريتانيا .. إلى أين؟



صفحة الاستفتاء



ارشيف: تفاصيل اول عملية عسكرية فرنسية لدعم موريتانيا ضد البوليساريو



التقارير السرية للسفارة الفرنسية بنواكشوط (2)



من الارشيف: التقارير السرية للسفارة الفرنسية فى موريتانيا



ملف: حول العاشر يوليو 1978



التعليم النظامي في برنامج الرئيس المنتخب



الاتحاد المغاربي... وضريبة اللّا اتحاد..



موريتانيا وأذربيجان... آفاق تعاون واسعة



محمد ولد محمد أحمد الغزواني مرشح المرحلة



CENI: L’aventure ambiguë de la présidentielle

الخميس 20-06-2019| 17:00

Mohamed Vall Ould Bellal

En juillet, le régime pourvoie la Ceni d’un nouveau président, en la personne de Mohamed Vall Ould Bellal, issu des personnalités indépendantes du FNDU (Forum national pour la démocratie et l’unité) avec lequel il avait pris ses distances en prenant part au dialogue dit inclusif organisé par le régime en place.

A son avènement, il dit tendre ses mains à tous les acteurs y compris à ses amis d’hier. Pour autant, le nouveau président, nommé en juillet 2018 par décret, rappelle qu’en raison de « l’urgence » des élections législatives, régionales et municipales, la composition de la Ceni ne pouvait être revue pour une meilleure représentativité des partis politiques. Il s’efforce à son arrivée d’y mettre la manière. La liste électorale et les bureaux de vote sont mis en ligne pour éviter les nombreuses critiques de l’organisation des dernières élections. Quinze circonscriptions électorales dont une pour les 20 milles mauritaniens enregistrés à l’étranger (pays arabes) sont identifiées. Mais même s’il n’a pas d’emprise sur les choix des membres de la Ceni, au niveau de son administration personnelle on ne sort pas non plus des vieux reflexes. Il est vite rattrapé par les pratiques de l’Administration mauritanienne : recrutements (parentèle) et contrats de consultants complaisants.

Aujourd’hui encore, la Ceni en est à ce stade après le refus par les autorités politiques d’accepter la présence de trois de membres représentants les autres candidats après l’accord de principe obtenu à l’issue d’âpres négociations entre le régime et ses opposants.

Sur les onze membres de la Ceni et tous ses démembrements régionaux, tous les membres appartiennent à la même mouvance de la majorité dont certains partis se sont désintégrés pour se fondre dans le parti au pouvoir, l’Union Pour la République (UPR) du président Mohamed Ould Abdelaziz.

Dés décisions controversées de la Ceni

Quoique connu comme un homme ouvert, l’actuel président de la Ceni, désigné pour 5ans, et qui pourrait, sans doute, rester aux commandes de la Ceni jusqu’en 2023, peine cependant à convaincre du bien-fondé de certaines décisions prises par son entité à la veille de l’élection présidentielle 2019. C’est juste d’ailleurs si ces contradicteurs ne l’accusent pas de faire le jeu du pouvoir qui tente sa mue. En effet, la décision de la Ceni que le président Mohamed Vall Ould Bellal a vivement défendue lors de toutes ses sorties médiatiques et portant sur le choix d’une imprimerie dirigée par le président du patronat que tous savent rouler pour le président sortant ravive les inquiétudes d’autant que l’imprimerie en question ne justifie d’aucune expérience en la matière. Son profil ne répond aucunement à un appel d’offres même restreint pour éviter toute interprétation sur son choix. Curieux encore, après deux semaines de campagne alors que des Ongs ont indexé de mauvaises pratiques sur la neutralité de l’administration, la Ceni se fend d’un communiqué qui rappelle pour beaucoup la langue de bois de l’Administration mauritanienne.

Face à cet état d’esprit, les autres candidats en concurrence avec celui du régime n’ont plus qu’à déployer leurs propres moyens d’alerte et de vigilance pour parer à toute éventualité d’autant que seul l’institut Carter ne pourrait être au four et au moulin. Il sera difficile voire improbable de voir la Ceni dénoncer des irrégularités venant du côté du candidat du régime.

 

JD
Mauriweb.info

عودة للصفحة الرئيسية