LE PEUPLE REVENDIQUE…. DE L’AIR

الثلاثاء 14-05-2019| 13:00

Par/ ELEMINE Moustapha

Vous aurez sans doute constaté comment les Nouakchottois se sont improvisé un parc de loisirs à l’emplacement de l‘ancien aéroport. En ce lieu se sont constitués désormais des terrains d’entrainement pour les équipes de football qui se retrouvent toutes les après midi dans sa partie sud. Dans la partie nord, ce sont les sportifs et les accrocs de la marche qui profitent de ces grands espaces au sol favorable à ce genre d’exercice. Aux alentours de la piste d’atterrissage s’affairent les élèves des auto-écoles mais aussi des non professionnels qui assistent des amis ou des parents dans leurs premières séances de conduite. Tout près de cette aire, des voitures subissent des essais avant leur achat. Près de l’ancien hangar du fret, se rencontrent les personnes désirant faire des transactions immobilières. Jusqu’au mois passé, on pouvait encore observer des cercles se formant autour des thés de l’après midi (le thebi) à l’ombre des grands arbres jouxtant l’ancien salon d’honneur.
Bref cet emplacement, devenu central par rapport aux nouvelles dimensions de la ville, est désormais le lieu de toute sorte de rendez-vous galants et moins galants et un repère majeur dans la vie quotidienne d’une partie non négligeable de la population de Nouakchott. Il symbolise dorénavant le grand besoin d’espace et de lieu de détente et de loisirs dans une ville où le plus petit des endroits ne saurait échapper au lotissement et à la construction.
En effet, quoique dans leur forme initiale, nos plans urbains pouvaient prévoir des places publiques, de parcs ou autres espaces verts, les préfets et autres administrateurs du domaine public s’empressent généralement de les lotir avant de procéder à leur attribution.
On suffoque ainsi au milieu d’une forêt dense de constructions et entouré d’un tissu continu de parpaings. L’unique zone de la ville qui faisait exception à cette règle est celle de l’ancien centre ville où se trouvait l’un des derniers parcs qui allait du marché de la capitale jusqu’au Racing Club et un second qui s’étendait de l’hôtel de ville en direction du sénat.
Il est, à ce propos intéressant de faire observer l’échelle de grandeur de la superficie de ces parcs et jardins au regard de l’extension de la ville au moment de leur aménagement. Jusqu’en 1975 la limite de la ville était au nord l’ambassade de Russie, au sud l’emplacement de la mosquée marocaine, à l’ouest l’hôpital national et à l’est l’Etat major. Il faudra ajouter à ces espaces la grande quantité d’arbres et de jardins privés qui faisait la fierté des quartiers nord de la ville. On pourra alors imaginer l’importance des espaces verts proportionnellement à l’ancienne superficie de la ville.
Aujourd’hui non seulement la ville, qui est selon les experts l’une des plus étendues au monde, ne compte aucun parc dans ses nouveaux quartiers, mais ses anciens parcs font désormais l’objet de réaménagements préjudiciables à leur fonction première et à leur apparence.
On déplorait déjà fortement la destruction de l’ancienne ceinture verte et le remplacement des grands alignements d’arbres et de palmiers par l’asphalte. Mais, nous ne pouvons que condamner avec vigueur le projet de grand parc en cours d’exécution avenue de l’indépendance. Ces travaux au lieu d’améliorer les espaces verts ont plutôt rajouté du pavais et du béton au détriment de la verdure et à l’avantage de la grisaille. On s’en doutait déjà lorsqu’on observait les grandes quantités de tout venant qu’on déversait à l’emplacement de cet ancien espace vert.
On ne sait pas non plus ce qui s’aménage à l’emplacement du Sénat mais l’état des travaux ne présage rien de positif pour la flore. En lieu et place des Affaires étrangères, il semble aussi qu’on aura encore du béton rien que du béton.
Or c’est la monotonie et la grisaille asphyxiante et envahissante de leur ville qui pousse les Nouakchottois à rechercher un espace libre ou des terrains vagues pour mener leurs activités sportives ou pour s’adonner aux loisirs extramuros.
Pour le moment, La solution provisoire pour les habitants est d‘investir l’ancien aéroport mais il faudra trouver des solutions pérennes en rétrocédant, par exemple, cet aéroport au domaine public, en plantant davantage ou en explorant d’autres solutions.
En cette période de précampagne, il serait judicieux que les candidats prennent à bras le corps cette question car les personnes qui profitent de cet espace et de ses semblables ne sont pas quantité négligeable en terme de poids électoral, et si les gens ont besoin de se nourrir, ils ont besoin aussi de … respirer.

عودة للصفحة الرئيسية